IMG_20210304_174042[1]_edited.jpg
IMG_20210304_174033[1]_edited.jpg

À propos de l'émail...

L’émail véritable est une matière noble qui nécessite une chauffe à très haute température pour être réalisé. C’est une matière qui fait partie des verres et a donc toutes ses qualités de résistance et d’inaltérabilité du verre.

Les supports les plus adaptés sont le cuivre, l’argent et l’or, il existe aussi une tradition sur acier. L’émail grand feu a une vocation ornementale dans des travaux d’orfèvrerie, de dinanderie et de bijouterie.

En partant de croquis ou de mon inspiration, je crée mes formes de bases en découpant celles-ci dans une feuille de cuivre. Pour certaines formes devenues « standards », je travaille sur des formes découpées en sous-traitance. Je perce, découpe, recuis, ponce, plie, … je prépare la pièce pour la phase d’émaillage.

Sur la pièce de cuivre ainsi préparée, je vais, selon diverses techniques déposer de la poudre d’émail (du cristal réduit en poudre dans lequel on ajoute des oxydes métalliques pour la coloration).

Les émaux grand feu adhèrent à certains métaux sous l’action de cuissons à haute température, comprises en moyenne entre 750 et 900°C en ce qui concerne l’émail bijoutier. Cette opération sera renouvelée autant de fois que nécessaire afin d’obtenir le résultat escompté.

L’émail est une matière qui offre un large nuancier de couleurs opaques, opales et transparentes. Les couleurs sont brillantes, l’oxyde de plomb augmente la transparence de la matière et son indice de réfraction.

 

Pour indication, l’indice de réfraction du cristal se situe autour d’1,545. A titre comparatif, ce chiffre équivaut de peu à l’indice de réfraction d’une émeraude (1,56 à 1,59). C’est pourquoi l’émail permet d’obtenir des résultats particulièrement intéressants sur les métaux précieux.

 

Les émaux transparents se nourrissent du pouvoir réfléchissant des métaux qu’il recouvrent, ce qui rehausse encore leur éclat. Manipulée avec soin, une pièce émaillée est durable et conservera sa belle brillance au fil du temps et des générations.

Souvent appelé « émail à froid », de nombreux fabriquant de bijoux pas chers jouent sur la méconnaissance du grand public pour appeler « Émail » des peintures ou résines qui n’ont pas les qualités de l’émail mais coûtent beaucoup moins cher. Il n’est normalement pas permis d’appeler bijou en émail un bijou recouvert de résine ou de peinture, cependant, cette pratique est, hélas, très répandue.

L’émail est une matière protégée car elle est noble, rare et précieuse. Certains fabricants en usurpent l’identité pour valoriser faussement leur production. Afin d’être avertis sur les caractéristiques d’un véritable travail d’émailleur, vous pouvez consulter le Décret 82-223 sur Légifrance.